Krysfil |2015/2016 Tour de l'Atlantique Nord à bord d'un Sun Fizz

De Gibraltar aux Baléares (Espagne)

Écrit par dans Juillet 2016

DSC_0012

Vendredi 22, samedi 23, dimanche 24, lundi 25, mardi 26, mercredi 27 juillet,

Nous avons filé toute la nuit sous génois seul. En fin d’après midi, le vent est tombé plus tôt que prévu nous contraignant à aller dormir à Almérimar. Nous espérions passer la Cabo del Gato par vent portant, tant pis, on verra ça demain.

Almérimar n’était pas notre escale favorite en septembre dernier, mais les prix sont raisonnables et le pub sympa, deux atouts non négligeables. Nous y faisons du gazole et de l’eau, nous n’y passons que la nuit.

Samedi et dimanche, le vent est de nouveau plein Est, pas facile de passer ce foutu Cabo del gato… Nous n’avançons pas, vent fort et courant nous obligent à nous aider du moteur. Cela semble interminable mais dans la nuit le vent se calme un peu et nous pouvons de nouveau renvoyer de la toile pour arriver à Carthagène vers 17h00. Durant tout ce temps, les enfants se sont montrés discrets, préférant la lecture au font de la bannette que les embruns sur le pont. Les garçons s’éclatent aux manœuvres et donnent un bon coup de main pour les nombreux virements de bord.

L’arrivée au port n’en est pas moins appréciée et les filles se sauvent direction la piscine de la marina et surtout le magasin de bonbon FINI, au fond à gauche de la Cala Mayor, leur mémoire est tenace et ne leur fait pas défaut…

Lundi,DSC_0050 nous profitons de la journée au ponton puis nous nous remettons en route en fin de journée, direction Alicante, toujours au moteur… Mais au moins, la nuit il ne fait pas trop chaud et le temps passe plus vite du fond de la bannette pour ceux qui ne sont pas de quart. Depuis Lisbonne, nous avons Yann à bord et nous lui avons créé une nouvelle fonction au sein de l’équipage : la fonction de Joker ! En fait, dans le tour des petites corvées du bord (vaisselle, couvert, débarrassage et essuyage), les enfants se perdaient un peu… Maintenant, ils ont leur Joker et Yann prend le tour de celui qui ne sait pas. Évidemment, son emploi est limité…

Mardi,

Après notre arrivée matinale à Alicante, 7h00 du matin, une bonne sieste s’impose. De toute façon le bureau du port n’ouvre pas avant 9h00 et les marinieros ne semblent pas bien réveillés, « repassez plus tard pour enregistrer le bateau » nous disent-ils…

Alicante est une grosse ville pleine de touristes, de voitures et de bruits. Bof ! Visite du musée dédié à la Volvo Race, pas mal.

Par contre pour les courses de frais, nous avons trouvé une petite épicerie à droite de la mairie en montant après le Carrefour Market. Ses légumes ne sont pas chers du tout et ses fruits au top en terme de maturité. Ce soir, petit resto en amoureux, les enfants gardent le bateau.

Mercredi,s 09h00, nous mettons le cap sur les Baléares, un poil de vent nous permet de tirer des bords jusqu’au soir, Yann se fait la main, puis…. moteur. C’est fou la quantité de gazole que nous consommons depuis le Portugal.

Jeudi,

DSC_0018

Il fait beau et nous faisons un petit stop à Ibiza au mouillage d’Ensenada de Xarraca. Le temps de manger, de se baigner et de rencontrer rapidement Mr Happy, un outremer 50 qui part pour une balade en Atlantique. Ils connaissent Siminoé par mail et la conversation part vite sur les différentes escales et îles à faire sur ce genre de voyage. Bon vent à tout les deux, nous sommes sur la route du retour, dans 15 jours nous serons à la maison.

Vendredi 29, samedi 30, dimanche 31 juillet,

Moteur encore et encore… Hier nous avons pu naviguer à la voile toute la journée mais depuis cette nuit, pétole molle. La mer est une vaste flaque d’huile, l’horizon est brumeux, la grand voile claque un peu mais nous avançons tranquillement vers Fornells à Minorque où nous attend la famille Charpentier.

A 17h30 nous sommes à la bouée, 29 euros la nuit, nous n’en passerons qu’une seule.

Les retrouvailles sont agréables, repas chez les Charpentier ce soir, demain c’est grande balade en bateau de prévue, nous irons mouiller en face du port devant la plage le temps de l’après midi. Baignade, pique-nique, rien de bien compliqué mais les enfants apprécient de se poser un peu.IMG_4425

Dimanche, départ de nos amis qui nous regarnissent le frigo en passant. Nous bougeons le Krysfil vers le fond de la calanque en prévision du vent de Nord annoncé pour cette nuit.

Joyeux anniversaire Nathalie, Magali, Nelly et Denis!

0

De Séville à Gibraltar (Espagne)

Écrit par dans Juillet 2016

Vendredi 15, samedi 16, dimanche 17, lundi 18, mardi 19, mercredi 20, jeudi 21 juillet,

Nous avons décider d’aller visiter Séville qui n’est pas très loin dans les terres. Branle bas à bord, nous espérons rejoindre l’embouchure du Guadalquivir plus à l’Est. Mais pas de chance, alors que le vent et le soleil étaient au rendez vous, la marine espagnole en avait décidé autrement en programmant des exercices de tir sur une vaste zone, pile poil sur notre route… Une vedette vient à notre rencontre nous obligeant à nous dérouter direction plein Nord pour rejoindre la côte, évitant ainsi de nous prendre un éventuel pruneau dans notre grand voile ou pire… Que cela ne tienne, nous décidons de rejoindre Mazagon au sud de Huelva pour y passer la nuit, nous y pêchons au passage une jolie bonite qu’Erwan va nous transformer en sushi au grand plaisir de Yann qui mettra la main à la pâte pour l’occasion. Finalement l’option n’est pas si mauvaise, nous allons réussir à y louer une voiture pour le lendemain et ainsi organiser notre virée à Séville.

Samedi 16, journée marathon…

7h00, réveil, il faut aller récupérer la voiture à Huelva située 20 km plus loin. 8h00, Je saute dans le bus 402 qui, pour 1,5 euros, me dépose en ville. 8h50, arrivée à Huelva, je me faufile dans un labyrinthe de rues à la recherche de mon loueur de voiture. 9h15, prise en charge du fabuleux bolide de sept places, délivré avec le réservoir parfaitement vide… 10h00, retour à la marina afin d’y charger le reste de l’équipage. 10h30, départ pour Séville.

12h00, arrivée à Séville, recherche de parking et enfin, nous posons le pied et profitons de cette belle ville d’Andalousie. Visite de l’Alcazar et balade autours des différents monuments. DSC_001714h00, tentative d’escroquerie de la part du restaurateur où nous avions décidé de nous arrêter manger. Devant notre ignorance en espagnol, il a tenté de nous glisser sur la table et sur l’addition deux plats supplémentaires que nous pensions faire partie de la garniture, en fait non, c’était deux salades à 10 euros chacune. Bref, indignation générale et payons notre du, sans lâcher prise . Oh le vilain ! 15h00, visite de la Plaza de Espagna avec baignade dans la fontaine à la clef. 

16h00, sieste bien méritée par 40° à l’ombre dans le jardin de Maria Luisa. 17h30, dégustation de glace. 18h00, shopping pour les filles, il est temps de préparer la rentrée, (les garçons irons en slip). 20h30, spectacle de Flamenco, nous en prenons plein les yeux et les oreilles. 22h00, pizza sur un coin de trottoir.

23h00, retour à la marina. 00h30, douche sur le ponton de la marina, les sanitaires ouverts sont à plus de 600 mètres, dommage pour cette marina toute neuve mais encore déserte où ils ont gardé fermée la moitié de leurs installations. 01h00, Ouf au lit…..(ou plutôt, à la bannette).

Dimanche, une fois la voiture rendue, nous appareillons pour Rota. Navigation tranquille en évitant cette fois la zone de tir… Nous arrivons à la marina par vent de Sud Est un peut fort mais surtout à marée basse. Le port est donné pour 4,6 mètre mais visiblement l’entrée est franchement ensablée et nous talonnons en passant les jetées, poussés par la houle et le vent nous finissons par entrer, drôle de sensation ! Heureusement que nous ne calons que 1,8 mètres, sinon je pense que nous serions restés plantés travers à la houle… Le personnel du port a semblé surpris lorsque je leur ai raconté l’incident.

Lundi, le vent est toujours fort, nous appareillons cette fois à marée haute et rejoignons Cadiz à 6 milles plus au sud. Vent dans le nez, rafales à 35 nds, la nav. est musclée mais rapide, nous tirons des bords sous trinquette et trois ris.

Mardi,

Le temps est à l’orage ce matin. Mais la chaleur est telle que les gouttes à peine tombéess au sol sèchent immédiatement. Il y a du monde en ville et nous allons traîner de rue en rue, manger aux halles du marché et finir autour d’une bonne glace (pas si bonne que ça d’ailleurs, nous sommes un peu déçus) devant la cathédrale. La ville n’est pas aussi jolie que Séville, mais l’ambiance est agréable et les prix abordables.

Mercredi, le temps s’est calmé et la météo nous permet d’espérer une navigation confortable pour rejoindre Gibraltar. En fait, nous allons avoir tous les temps possibles et imaginables durant cette journée. Pétole le matin, suivi de pluie et d’orage avec vent tourbillonnant, puis celui-ci s’installe à l’Est, fort (30 nds) mais redescend une fois la pointe de Trafalgar passée. Nous allons finir la journée en tirant des bords par 25 nds tout le long du détroit en longeant la côte européenne le temps de la marée pour profiter du fort courant portant. C’est assez grisant, nous filons prés de 9 nœuds sur le fond en remontant comme des bêtes. Passé Tarifa, la marée s’inverse et nous continuons plus au milieu du détroit où le courant permanent d’Ouest en Est nous emmène tranquillement sur Gibraltar. Vers 23h00, nous sommes au mouillage à La Linéa côté espagnol.

Cette navigation dans le détroit aura été assez fascinante, nous avons jonglé avec les veines de courant et les cargos quittant la méditerranée, tirant des bords entre l’Europe et l’Afrique, dommage que le temps fut si brumeux.

Jeudi,

Les enfants sont tous très excités, voilà 10 mois nous étions mouillés au même endroit et faisions la rencontre de Didjeridoo (avec qui nous avons fait un bout de chemin). Ils ont très envie de retourner sur le Rocher présenter les singes à Yann et se promener en ville sur Gibraltar.

Nos sautons dans nos baskets et passons la journée à terre. Les singes sont au rendez vous, rien ne semble avoir changé depuis notre dernier passage.

Retour à bord en passant acheter l’incontournable jambon cru au supermarché Mercadonia à deux pas du mouillage, puis nous levons l’ancre profitant d’un bon vent d’ouest pour quitter la baie, direction la méditerranée.

DSC_0033

2

2 Commentaires

  1. Bienvenue a l’ancien continent d’Europe et merci bien pour als carte de Gibraltar. C’etait une bonne idee que chacun et chacune a ecrit quelques mots. Soyez embrasses par nos terrestres!
    Sigrid et Ralf

  2. Reportage sympa, cela donne envie de faire un tour dans cette region.
    Bon retour a vous !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

De Lisbonne à Vila Real de Santo Antonio (Portugal)

Écrit par dans Juillet 2016

Jeudi 7, vendredi 8, samedi 9 juillet,

Le soir de notre arrivée, les enfants veulent aller en ville afin de vivre l’ambiance du match de la demi-final de l’Euro. Nous ne sommes pas déçus puisque le Portugal gagne et les rues de Lisbonne s’enflamment… de rouge et vert.

Nous profitons de ces trois jours en compagnie de Soizic et Léna pour visiter Lisbonne en long, en large et en travers. Les portugais sont toujours aussi sympas et Lisbonne est très animée en ce début de juillet. Vendredi, nous allons retrouver et passer l’après-midi en compagnie de Jorge, Catarina et leurs enfants. Il s’agit d’une famille que nous avons croisée au Bahamas en Avril. Nous ne pensions pas les revoir de si tôt, mais le hasard des dates nous a permis d’organiser cette journée, c’est un vrai bonheur de se retrouver.

Merci encore, Jorge et Catarina pour ce repas typiquement portugais et ce moment partagé dans votre maison.

DSC_0112

Dimanche 10, lundi 11, mardi 12, mercredi 13, jeudi 15 juillet,

Nous mettons les voiles et direction Sines. Soizic et Léna sont rentrées en France, nous gardons Yann jusqu’à la fin de notre croisière.

DSC_0184Traversée rapide au portant, on respire… Nous mouillons devant la plage entre les deux jetées. Ce soir, finale France / Portugal, on se fait discret à la terrasse d’un bistrot le temps du match, ouf les portugais l’emportent et nous offrent royalement un gobelet de champagne et des Pastel de Nata (flan crémeux sur une pâte feuilletée, spécialité portugaise). Nous sommes heureux pour eux, ils sont tellement accueillants.

DSC_0201

Lundi, grosse navigation, nous quittons Sines pour Portimaon avec au passage le cap Saint Vincent que nous laissons sur bâbord. Le vent de Nord est fort, mais une fois sous le vent de la côte, la mer est plate et Krysfil fonce malgré ses 3 ris et un bout de génois par 35 nœuds de vent. Il y a un petit air de mistral avec ce grand soleil et ce vent, la lumière nous rappelle que nous nous rapprochons de la méditerranée.

DSC_0212

Ce soir nous dormons au mouillage à l’abri des jetées. Le vent est tombé et nous profitons à nouveau (pour les plus courageux), de la baignade au cul du bateau. Voilà bientôt 3 mois que nous n’avions pu profiter d’une eau à plus de 17°.

DSC_0215

Mardi, le beau temps est revenu et nous en profitons pour musarder le long de la côte qui est magnifique. Un peu bétonnée il est vrai, mais nous sommes loin des standards de la côte espagnole et le prix des marinas reste encore dans la zone correcte à condition d’y alterner les nuits aux pontons aux nuit aux mouillage. Ce soir ce sera ponton à Albufeira, balade à terre pour les garçons qui partent en repérage et demain pour le reste de l’équipage.

Mercredi, nous rejoignons la lagune de Culatra plus à l’Est. Nous avions eu quelques infos par les bateaux copains passés par là l’année dernière. C’est un mouillage paisible perdu dans une lagune avec au sud, une île, ou plutôt un banc de sable tout en longueur où habitent des familles de pêcheurs et quelques touristes le temps de l’été. Ambiance bout du monde, les rues sont en sable, pas de route. Des dalles de bétons permettent aux piétons de circuler dans les ruelles ainsi formées sans y perdre leurs tongs… Quelques bistrots, une petite église, un phare et vous avez fait le tour. Une immense plage qui semble vouloir faire le tour de l’île, au Nord de laquelle toute une flottille de voiliers semblent attendre un hypothétique départ. Nous y croisons des bateaux de toutes sortes, embarcations improbables bricolées par des marins fous, leurs pavillons nous laissent rêveurs. Beaucoup d’allemand et de hollandais qui, arrivés au plus sud de l’Europe, n’osent pas sauter le pas vers l’Atlantique.

Jeudi, nous rejoignons le Rio Guadiana qui marque la frontière entre le Portugal et l’Espagne. Nous mouillons côté espagnol mais allons nous balader à terre côté Portugal à Vila Real de Santo Antonio. Il nous reste quelques timbres à écouler et nous en profitons pour envoyer les dernières cartes postales. Nous ne remontrons pas le fleuve, c’est dommage car les paysages au nord mériteraient bien quelques heures de navigation mais il faut bien penser à rejoindre cette méditerranée qui nous attend.

Joyeux anniversaire Arnaud et Laurence!

PS : Nous pensons très fort à notre cousin Florien et sa famille.

2

2 Commentaires

  1. Coucou les navigateurs,

    Vos photos du Portugal et les commentaires sur les « autochtones » donnent très envie de visiter ce pays du sud de la France.

    Encore trois semaines et vous serez rentrés. Nous avons hâte de vous revoir en chair et en os.

    Bises de nous quatre.

    Leo, Vava, Christophe et Pascale.

    • ce pays SI PRES du sud de la France.. le lecteur aura rectifié de lui même.. 😉

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traversée Açores-Lisbonne (Portugal)

Écrit par dans Juillet 2016

Jeudi 30, vendredi 1er, samedi 2, dimanche 3, lundi 4, mardi 5, mercredi 6 juillet 2016,

DSC_0049

Dernière grosse traversée, 6 jours. Je crois que l’équipage sature un peu, vivement la navigation côtière. Nous n’avons pas grand chose à raconter sur cette traversée à part qu’il n’y avait pas des nuages mais un seul qui nous a suivi jusqu’à Lisbonne ! Pas de pluie et pas de ciel bleu. Quelques dauphins au départ et à l’arrivée, ouf ça égaye un peu.

Nous étions au près tout le long, sur un seul bord. Ça secouait un peu et surtout les vagues venaient se fracasser sur le pont du bateau qui n’est plus très étanche. Résultat : tout était humide voir mouillé, l’eau rentrait par les bouches d’aération… Les vivres n’ont pas été beaucoup entamées, ce n’est pas grave on se rattrapera en arrivant.

DSC_0053

Mercredi matin, nous sommes soulagés de savoir (car nous ne voyons rien à cause du brouillard) que nous ne sommes plus très loin de Lisbonne. Nous remontons le Tage jusqu’à la Marina d’Alcantara.

Là, un beau soleil bien chaud nous attend pour faire sécher toutes nos affaires. En fin d’après-midi, Soizic et Yann, les enfants de nos amis de Luc sur Mer, doivent nous rejoindre. Nous avons la surprise qu’une troisième personne s’est jointe à eux, Léna qui avait fait la traversée Martigues-Corse au tout début de notre croisière (déjà 11 mois). Ce sera un peu le camping pour 2 nuits mais nous sommes heureux de les revoir.

DSC_0165

1

Un commentaire

  1. Coucou les KERNEN,
    Ça a l’air joli le Portugal, les couleurs de vos photos et l’architecture me font penser au Mexique.
    Quand rentrez vous ?
    Merci pour les beaux souvenirs et les belles photos de votre blog. Comme on est en vacances, on a du temps pour le lire.

    Bises à tous
    La famille Chatelais

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *